Daniel Cerdan

Daniel Cerdan, dit Marcel (pour cause de patronyme et de lointaine parenté avec le champion de boxe), a passé 30 ans dans la gendarmerie dont 14 ans au GIGN.
La sélection est drastique pour faire partie de ce groupe d’élite. Il y a eu plus de morts à l’entrainement qu’en opération. Les missions sont nombreuses et variées (ils ne sont pas là uniquement pour lutter contre le terrorisme) et Daniel a vécu par mal de situations délicates. La mort « fait partie du paquetage » et chaque « guerrier pacifique » doit s’y préparer.

Cette notion de guerrier pacifique est intéressante. Au GIGN on ne tirera qu’en dernier ressort et sur ordre. Il n’y a pas de place pour les Rambo. D’ailleurs ceux qui se prennent pour d’autres sont vites rappelés à l’ordre par leurs propres camarades. Le professionnalisme est la clé de l’excellence et de la sécurité.
Daniel Cerdan a aussi commandé un escadron de la garde Républicaine, fait de la protection à l’Elysée, et de la formation de gendarmes en Afrique.

Les situations délicates qu’il a pu vivre n’ont jamais entamé sa joie de vivre ni ne l’ont dévié de ses valeurs d’engagement et d’esprit ce corps. Ses valeurs, inculquées par ses parents, sont celles partagées avec Arnaud Beltrame qu’il a bien connu, et à qui il rend un vibrant hommage dans son dernier livre.